Henri Emmanuelli aura marqué l'histoire de la gauche française, et celle des Landes (Archives, DR).

Henri Emmanuelli aura marqué l’histoire de la gauche française, et celle des Landes (Archives, DR).

Hospitalisé depuis son retour de Paris vendredi dernier, il n’avait pas pu assister au vote du budget au sein de l’Assemblée départemental des Landes ce lundi. Henri Emmanuelli s’est éteint ce mardi 21 mars 2017 à l’âge de 71 ans.

Ancien ministre et premier secrétaire du Parti Socialiste, président de l’Assemblée nationale et député durant de nombreuses années, Henri Emmanuelli a marqué l’histoire politique française avec la force de ses convictions à gauche.

Né en 1945 à Eaux-Bonnes (Pyrénées-Atlantiques), il fera ses études au lycée Louis-Barthou à Pau avant de rejoindre Sciences Po à Paris. Sa carrière professionnelle passera par la Banque Rothschild à partir de 1969 jusqu’à sa première victoire électorale.
Et c’est dans les Landes qu’Henri Emmanuelli va faire l’essentiel de sa carrière politique, amoureux de cet ancrage local. A 32 ans, il devient député de la 3e circonscription des Landes.

Fidèle de François Mitterrand, il intègrera le Gouvernement de 1981 à 1986, avant de retrouver son siège de député des Landes. En 1982, il devra conseiller général et président du Département des Landes. Un siège qu’il occupera jusqu’à son décès ce mardi, hormis une parenthèse de trois années.

C’est un grand homme de gauche, amoureux des Landes et de la politique au service des autres, qui est parti.

Les réactions ont été nombreuses à l’annonce du décès d’Henri Emmanuelli. Voici celles parvenues à notre rédaction.

Préfet des Landes. Fréderic Perissat, préfet des Landes, à la nouvelle du décès d’Henri Emmanuelli, tient à saluer la mémoire de cet homme d’Etat qui a tant servi le département des Landes, sans jamais occulter les valeurs fondamentales de la République. Il présente toutes ses condoléances à son épouse, ses enfants et ses proches.

Parti Socialiste des Landes. Le décès d’Henri Emmanuelli est un choc pour nous tous. C’est une immense perte pour les militants, pour le département et bien au delà. C’est Un Grand Homme du Parti socialiste, de la Gauche, de la République française qui nous quitte. Nos pensées vont à son épouse, ses enfants et ses proches. Pour les Landes pour qui il a tant fait, pour les Landais dont il était si fier, pour nos idées et nos valeurs qu’il a toujours portées et défendues jusqu’au sommet de l’Etat ; notre tristesse est infinie.

Philippe Jacquemain, président de la CCI des Landes. Les Membres de la Chambre de Commerce et d’Industrie des Landes saluent la mémoire du Président Henri Emmanuelli et présentent à ses proches leurs respectueuses condoléances. Le Président du Conseil Départemental a été durablement un acteur majeur de l’Economie landaise et a participé grandement aux décisions successives de création des infrastructures essentielles au développement des Landes. La stature nationale d’Henri Emmanuelli et son influence auront été déterminantes pour favoriser les investissements de nombreux groupes et entrepreneurs landais, sa passion pour les Landes et l’industrie l’ayant conduit à soutenir des installations porteuses d’emplois, comme dernièrement sur le Port de Bayonne, ou encore des entreprises en difficultés. À titre personnel, Philippe Jacquemain peut témoigner, comme beaucoup de Landais, de la grande humanité d’Henri Emmanuelli, qui savait trouver les mots et faire preuve de gestes qui réconfortent les hommes aux prises avec les épreuves de la vie.

Le groupe Couleurs Landes au Département. C’est avec tristesse que nous avons appris ce matin, en pleine session budgétaire du Conseil départemental, le décès d’Henri Emmanuelli. Homme de caractère et de conviction, profondément attaché aux Landes, il laissera une empreinte forte sur notre Département. Si nous n’étions pas toujours d’accord avec ses choix, son engagement depuis près de 40 ans pour notre département mérite le respect. Les élus du groupe Couleurs Landes adressent toutes leurs pensées à sa famille et à ses proches.

Alain Rousset, président de la Région Nouvelle Aquitaine. J’ai beaucoup de tristesse ce matin : la Région perd une de ses boussoles du monde industriel. Notre relation fut singulière : elle est passée d’une forme de suspicion à un partage de cette valeur fondamentale qu’est le soutien à l’industrie et l’intérêt pour le monde économique et la création d’emplois. Henri Emmanuelli, ancien secrétaire d’Etat au Budget (sous la présidence de François Mitterrand), a su porter son département des Landes, la présidence de l’Assemblée nationale, et récemment la présidence de la commission de surveillance de la Caisse des dépôts. C’était un homme de l’économie concrète, un homme consciencieux et volontaire de l’analyse des projets d’entreprises. Son expertise économique et son appétence pour le monde industriel n’étaient plus à démontrer, je pense notamment à la reprise de Gascogne, l’accompagnement à l’installation d’un laminoir à Tarnos sur la zone portuaire, ou encore à la filière forêt et à ses récentes prises de décisions lors de la crise aviaire pour soulager les acteurs de la filière gras. Nul doute que le bassin d’emplois du département des Landes lui doit énormément. Je le savais fatigué et malade. Henri affichait une grande dignité dans la souffrance qu’il a pu avoir jusqu’au bout. J’adresse mes sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

Alain Juppé, maire de Bordeaux. J’ai appris sa disparition avec tristesse et je présente bien sûr mes condoléances à sa famille. C’était un adversaire politique, dur et parfois même un peu sectaire. Il tenait son département des Landes, comme vous le savez cher à mon cœur, d’une main de fer. Un département qui s’est bien développé au cours des dernières décennies. Il laissera une marque forte sur la région Aquitaine et sur les Landes où il avait commencé sa vie politique presque en même temps que moi dans les années 70. Henri Emmanuelli était aussi un homme politique qui savait assumer ses responsabilités jusqu’au bout. Il était chef de parti, 1er secrétaire du parti socialiste et il en a subi les conséquences. Cela avait créé entre nous une forme de compréhension mutuelle. Dans les moments difficiles, nous nous étions échangés des mots plutôt sympathiques.

Landesinfo, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*